All You Need
In One Single
Theme.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat
Cherchez ici :

Une étude, menée par une équipe allemande, avait pour but de déterminer s’il existe une association entre certains facteurs de stress et le bruxisme nocturne, communément appelé grincement de dents. Les habitudes de bruxisme nocturne des participants étaient évaluées à l’aide de maquettes d’occlusion pendant cinq nuits consécutives. Leur niveau de stress ainsi que leurs techniques d’adaptation au stress étaient mesurés par des questionnaires. Les résultats de l’étude montrent que les individus rapportant les plus hauts niveaux de stress – comme le stress au travail, les problèmes quotidiens ou de la fatigue extrême – étaient plus à risque d’avoir un important bruxisme nocturne. De plus, les résultats montrent une association entre la façon dont les participants gèrent leur stress et l’intensité du bruxisme. En effet, les gens qui grinçaient beaucoup des dents avaient davantage tendance à utiliser des tactiques négatives, comme la fuite ou l’ignorance, pour gérer leur stress. Les auteurs mentionnent l’importance de réaliser davantage de recherches afin de confirmer et de documenter davantage ces résultats. Néanmoins, la présente étude fournit une base solide qui justifie l’investigation future de relations causales entre le stress, les stratégies d’adaptation et le bruxisme nocturne.

Titre: Correlation between stress, stress-coping and current sleep bruxism

Auteurs: Maria Giraki, Christine Schneider, Ralf Schäfer, Preeti Singh, Matthias Franz, Wolfgang HM Raab, Michelle A Ommerborn

Journal: Head & Face Medicine, 2010, 6:2

Source: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20205705