All You Need
In One Single
Theme.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat
Cherchez ici :

Le but de cette étude était d’investiguer si le fait de jardiner, suite à l’exposition à une situation stressante, avait un impact sur la récupération physiologique et affective. Trente participants, âgés d’environ 60 ans, ont tous été exposés à un stress psychosocial. Par la suite, la moitié des participants ont fait des activités de jardinage à l’extérieur pour une durée de 30 minutes, alors que les autres participants devaient lire à l’intérieur pour la même période de temps. L’exposition au stress psychosocial a augmenté les niveaux de cortisol (hormone de stress) et a diminué les niveaux d’humeur positive chez les deux groupes. De plus, le jardinage ainsi que la lecture ont contribué à la récupération physiologique et affective. Par contre, cette récupération était beaucoup plus marquée chez le groupe qui s’était adonné au jardinage. En effet, suite à la période de 30 minutes de jardinage, les niveaux de cortisol et d’humeur positive étaient semblables à ceux observés avant l’exposition au stress, ce qui n’était pas le cas pour le groupe témoin (lecture). Est-ce le fait de faire une activité physique, d’être à l’extérieur dans la nature ou la combinaison de ces deux facteurs qui contribue à une récupération plus rapide? Les futures recherches devront se pencher sur la question. En attendant, à nos râteaux!

Titre : Gardening promotes neuroendocrine and affective restoration from stress

Auteurs : Agnes E. Van den Berg & Mariëtte H.G. Custers

Journal : Journal of Health Psychology (2010) Epub ahead June 3rd 2010

Source : http://hpq.sagepub.com/content/early/2010/06/01/1359105310365577