Effets sur la mémoire

Testez l'impact du stress sur votre mémoire


Ce graphique illustre nos prédictions quant à vos performances.

 " "

Comment avons-nous prédit vos résultats? La recherche sur la mémoire humaine a démontré que lorsque nous divisons notre attention entre deux tâches, notre cerveau a plus de mal à encoder les informations.

Durant le premier jeu, vous ne demandiez à votre cerveau qu’une seule chose :  lire pour mémoriser la liste de mots. Durant le deuxième jeu, vous demandiez deux choses : taper avec votre main et lire pour mémoriser la liste de mots. Votre capacité à mémoriser la liste s’en est trouvée amoindrie. Si ce n’est pas le cas : bravo!

En fait, votre attention était divisée. Il était donc plus difficile de porter attention aux informations pertinentes, c’est-à-dire aux mots. Ainsi, moins de mots sont entrés dans votre mémoire à court terme parce que le fait de taper votre cuisse avec votre main ou de dire "blabla" a interféré avec l’encodage des mots.

" "

 

Votre mémoire est probablement excellente, mais si vous divisez votre attention entre trois ou quatre activités, votre mémoire va « flancher ». Vous n’avez même pas besoin d’être stressé pour ressentir les effets néfastes du mode multitâches qui demande toute votre attention.

Cerveau vidé

La difficulté à mémoriser est influencée par le type d’activité. Le troisième jeu, avec l’énonciation de la syllabe BLA, était certainement plus difficile que les deux autres parce que les activités, en plus d’être multiples, faisaient appel aux mêmes ressources: verbales. C’est simplement vidant!

GROS PLAN SUR...

Si vous êtes en train de lire vos courriels et que le téléphone sonne, arrêtez de lire et écoutez ce que la personne a à dire. Autrement, vous puiserez dans le même bassin de ressources (verbales dans ce cas), que vous assécherez rapidement. Comment puis-je améliorer ma mémoire?

Pensez à votre cerveau et ses ressources (ex.: verbales, motrices) comme une série de bassins remplis d’eau. Lorsque vous faites appel à une ressource en particulier, vous videz l’eau du bassin. Bien que le cerveau ait plusieurs bassins, ils contiennent une quantité limitée d’eau. En puisant l’eau d’un même bassin tout en essayant d’accomplir deux tâches similaires, vous épuiserez toutes les ressources de votre cerveau pour cette tâche en particulier!

" "  

Souvenez-vous de ceci la prochaine fois que vous prendrez le volant.

En conduisant, vous puisez dans votre bassin moteur. En répondant à votre cellulaire qui sonne, vous puisez encore dans votre bassin moteur. En continuant votre conversation téléphonique, vous puisez dans votre bassin verbal qui s’assèche rapidement puisque vous essayez de lire les indications routières pour la prochaine sortie. Il n’est donc pas étonnant que vous ne vous rappeliez pas de ce qu’a dit la personne qui vous appelait. L’information ne s’est même pas rendue à l’étape de l’encodage. Et le stress n’a rien à voir avec cet oubli.

En fait, il n'est pas nécessaire d'être stressé pour avoir des problèmes de mémoire. Le simple fait d’assécher toutes vos ressources d’un même bassin suffit. Le stress ne vient qu’accélérer le processus.

 " "

 

L’interférence du stress vient souvent de l’intérieur

L'interférence du stress ne provient pas toujours de l’extérieur. Souvent, la source d’interférence provient de ce qui se passe dans notre propre tête!

Par exemple, lors de votre repas du midi, vous surprenez la conversation de deux collègues qui parlent dans votre dos. Ce qui, bien sûr, vous cause de la peine.

Comme tout le monde, vous rejouez cette conversation dans votre tête sans cesse. Vous êtes subitement interrompus par votre patron qui a une requête inhabituelle. BINGO! La nature stressante de l’événement au repas du midi (perte du sens de contrôle, imprévisibilité, nouveauté, ego menacé) et les hormones du stress sécrétées peuvent vous empêcher de porter toute votre attention à la requête de votre patron et aux détails pertinents. Ici, le stress interfère avec l’encodage.

LE STRESS, C'EST DU C.I.N.É.

Contrôle

Imprévisibilité

Nouveauté

Égo menacé 

LA recette du stress           

 

Maintenant que votre patron vous a donné l’information nécessaire pour sa requête et que vous essayez d’assimiler l’information et de la consolider, le souvenir de la conversation du midi ressurgit et vous fait tout oublier. Ici, le stress interfère avec la consolidation.

Finalement, vous avez réussi à assimiler l’information fournie par votre patron. Le jour suivant, durant une réunion avec vos collègues (incluant ceux dont vous avez intercepté la conversation la veille), vous ne pouvez vous empêcher de repenser à cet événement. Au même moment, votre patron vous demande de partager l’information qu’il vous a précédemment donnée avec vos collègues. Vous rougissez et vous ne pouvez simplement plus vous souvenir de rien. Le stress que vous ressentez interfère avec votre capacité à vous remémorer ou à vous souvenir de cette information que vous aviez pourtant réussi à assimiler. Ici, le stress interfère avec la remémoration.

À retenir
Diviser votre attention entre plusieurs activités peut vous empêcher de porter attention aux détails importants d’une nouvelle information. En y ajoutant un agent stressant, vous ne faites qu’empirer les choses, car le stress interfère en vous empêchant de porter attention, de déterminer ce qui est important, de prêter attention à ce qui est pertinent et d'encoder cette information. Il est impossible d’oublier ce que vous n’avez pas encore encodé! Toutes les étapes de la mémorisation sont vulnérables aux effets du stress, y compris la consolidation et la remémoration. Finalement, le stress ne vient pas toujours de l’extérieur pour influencer notre mémoire. Ce qui nous trotte dans la tête est une source importante d’interférences


Chaire sur la santé mentale Femmes/Hommes Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine – site web