Qu'est-ce que le stress?

Biologie du stress


Lorsque nous percevons quelque chose de stressant, il s’ensuit une cascade d’événements biologiques. Il en résulte la sécrétion d’hormones du stress, tels l’adrénaline et le cortisol.

D’où vient le cortisol et à quoi sert-il?

Dans le jargon scientifique, le système de réponse au stress est nommé l’axe hypothalamo-pituito-surrénalien (ou l’acronyme HPS). Lorsqu’un agent stressant est identifié, une petite région du cerveau, nommée hypothalamus, envoie des messagers chimiques à la glande pituitaire. De là, un second messager chimique est envoyé par la circulation sanguine aux glandes surrénales. Comme leur nom l’indique, ces glandes sont situées juste au-dessus des reins. Le second messager dit aux glandes surrénales de sécréter du cortisol.

Pour être efficaces, les hormones du stress doivent se lier à ce qu’on appelle des récepteurs. C’est un peu comme si les hormones du stress transportaient un message avec une clé pour dire à toutes les cellules de l’organisme quoi faire. Pour recevoir ce message, il leur faut la bonne serrure (un récepteur).

Lorsque le cortisol se lie aux récepteurs, il peut interagir avec les cellules de l’organisme et leur dire quoi faire. Parce qu’il est très important pour plusieurs fonctions biologiques, le cortisol a des récepteurs pratiquement partout dans l’organisme, y compris dans le cerveau.

Ex.: Si vous devez vous enfuir à toutes jambes, vous enverrez toute votre énergie pour alimenter vos muscles afin de courir plus vite et la priorité sera donnée aux récepteurs situés dans les muscles de vos jambes.

La perception d’un agent stressant stimule le système de réponse au stress. Mais qu’est-ce qui l’arrête? Comment les glandes surrénales savent qu’il est temps d’arrêter de sécréter du cortisol?

ASTUCE

Si votre patron fait une critique négative sur un travail que vous faites, vous allez surement arrêter de le faire. C’est la même chose avec le feedback négatif du cortisol et de ses récepteurs : il dit au système de réponse au stress de mettre un terme à son activité.

La nature est bien faite et aime passer par le chemin le moins compliqué pour accomplir ses tâches. Comme on l’a vu, le cortisol s’attache aux récepteurs pour fonctionner. Ces récepteurs sont dotés d’une intelligence qui leur est propre et savent quand il y en a assez.

Lorsque suffisamment d’hormones de stress ont été sécrétées et qu’elles ont rempli leurs fonctions, elles retournent au début de la chaîne du système de réponse au stress et lui disent d’arrêter de s’activer. C’est ce qu’on appelle un feedback négatif.

Quelle heure est-il?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous avez beaucoup d’énergie le matin, mais que l’après-midi, toute cette énergie disparaît et vous vous sentez un peu endormi? Le cortisol est encore une fois responsable.

Le cortisol n’est pas que sécrété lors de situations stressantes, il l’est aussi pour maintenir le fonctionnement normal de l’organisme. Pour subvenir à ses fonctions, l’organisme a besoin d’un flot constant de cortisol véhiculé par le sang. En fait, le cortisol est sécrété de façon prévisible et universelle. C’est ce qu’on appelle le rythme circadien.

Le rythme circadien du cortisol peut se schématisé comme suit: il y a un maximum tôt le matin. Puis les niveaux de cortisol diminuent lentement tout au long de la journée jusqu’à un minimum pour ensuite augmenter lentement au début de la nuit et se préparer au maximum du lendemain matin.

En bref, il y deux niveaux d’hormones du stress :

  • Les niveaux de cortisol au repos (basal)

Ces niveaux correspondent aux niveaux de tous les jours. Ils sont essentiels au fonctionnement normal de notre organisme.

  • Les niveaux de cortisol réactifs

Ces niveaux sont atteints lorsque le système de réponse au stress est activé pour faire face à un agent stressant.


Chaire sur la santé mentale Femmes/Hommes Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine – site web