Mammouth Magazine

NOUVEAU

Automne 2016
Comment chasser le mammouth sans y laisser sa peau

Actualités

27 mai 2015

Recherche: importance du sexe et du genre

Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain a été interviewée par le journaliste Erin Anderssen dans le cadre de la série d’article « Open Minds» publiée dans le Globe and Mail.

Madame Lupien explique entre autres qu’a travers le temps, les différentes études réalisées sur les maladies mentales n'ont pas pris en compte les différences de sexe et de genre. Sachant que la majorité des études ont été réalisées avec des participants masculins, il devient très intéressant de revoir ces résultats en considérant les différences biologiques et sociales de chaque sexe

 « Research has yet to pin down the influence of sex and gender, says Dr. Sonia Lupien, director of the Centre for Studies on Human Stress at the Institut universitaire en santé mentale de Montréal – in part, because until the last decade these potential differences haven’t been studied. Women, for instance, are 10 times more likely than men to admit to being stressed on self-reporting surveys, according to Lupien. On the other hand, she says, even men who say they aren’t stressed have much higher levels of stress hormones. So are women protected from the biological effects of stress because they talk about it more, and if so, doesn’t that support talking therapy as a valid treatment? » Sonia Lupien, directrice du CESH.

La série d’article #OpenMinds s’intéresse à la recherché en santé mentale ainsi qu’aux initiatives qui vise à améliorer les diagnostics et les traitements associés.  

Lire l’article


< Retour à la liste


Chaire sur la santé mentale Femmes/Hommes Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine – site web