Dans la vie courante

22 octobre 2014

À vos micros ! Chanter pour diminuer son stress

Selon une étude réalisée en 2004 à l’Université de Goethe en Allemagne, chanter à haute voix dans une chorale pourrait être plus bénéfique pour la santé immunologique – soit la capacité du système immunitaire à combattre les infections bactériennes et virales – que d’écouter une pièce de musique.

 Cette étude, réalisée auprès de 31 personnes d’une chorale âgées en moyenne de 57 ans avait pour but de mesurer l’effet de deux conditions sur le système immunologique. Dans la première condition, les participants écoutaient de la musique alors que dans la deuxième, ils chantaient dans une chorale. Les participants devaient fournir des échantillons salivaires afin de mesurer le taux d’immunoglobine , une protéine qui aide à la défense immunologique, ainsi que le taux de cortisol , une importante hormone de stress. De plus, ils devaient répondre à un questionnaire sur leur état psychologique, soit le PANAS (« Positive and Negative Affect Schedule ») et noter leur niveau stress subjectif sur une échelle de 1 à 10. Les mesures ont été prises au début et à la fin de la séance, soit 60 minutes plus tard.Les chercheurs ont démontré que chanter dans une chorale augmente la sécrétion d’immunoglobine et que l’état psychologique des participants, indiqué par le PANAS, était plus positif lorsqu’ils chantaient une pièce que lorsqu’ils ne faisaient que l’écouter. Finalement, il a été démontré que le niveau de stress subjectif était moins élevé lorsque les participants écoutaient de la musique que lorsqu’ils chantaient, ce qui amène les chercheurs à croire que la performance jouerait aussi un rôle dans les résultats.

Cependant, les chercheurs n’ont pas trouvé de différence significative au niveau du cortisol. Cela  pourrait être due au fait que les participants faisaient tous partie d’un groupe de chorale, et donc aimaient chanter et écouter de la musique.

En conclusion, chanter à voix haute pourrait effectivement être un moyen pour diminuer son stress, quoi qu’il reste énormément de recherche à faire pour élucider les conditions optimales pour le faire. Des études récentes se basant sur cette étude se font un peu partout, par exemple à l’Université de Tsurumi au Japon.



< Retour


Chaire sur la santé mentale Femmes/Hommes Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine – site web