Dans la vie courante

25 septembre 2014

La maison, un environnement moins stressant?

Vers la fin des années 90, une hypothèse selon laquelle les gens sont plus stressés à la maison qu’au travail a été posée par Arlie Hochschild. Une récente étude effectuée par l’Université de l’État de Pennsylvanie a tenté de valider cette hypothèse.

Pour se faire, un échantillon de 122 travailleurs hommes et femmes a rempli différents questionnaires desquels des informations démographiques et portant sur la satisfaction au travail ont été récoltées. De plus, les participants devaient noter 6 fois par jour, pendant trois jours consécutifs (2 jours de semaine au travail et une journée de fin de semaine à la maison), leur humeur, l’endroit où ils se trouvaient ainsi que leur niveau de stress subjectif. À ces moments, les participants devaient également fournir des échantillons de salive afin de mesurer leurs niveaux de cortisol, une importante hormone de stress.

Concernant les travailleurs, les résultats démontrent plus de stress subjectif au travail comparativement à la maison. Cependant, les résultats au niveau du cortisol se voient inversés. De ce fait, le niveau de cortisol est plus bas au travail qu’à la maison. De plus, différentes variables viennent moduler cette relation. Premièrement, les participants ayant un revenu plus faible ont des niveaux de cortisol plus bas au travail que ceux ayant un revenu plus élevé. Deuxièmement, les participants n’ayant pas d’enfant ont des niveaux de cortisol plus bas lorsqu’ils sont au travail, que ceux ayant des enfants.

Somme toute, en prenant en considération que les mesures de stress physiologique et subjectif divergent, il serait important d’être davantage vigilant à la maison, surtout en sachant que le stress peut avoir des effets négatifs sur la santé.


< Retour


Chaire sur la santé mentale Femmes/Hommes Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine – site web