Dans la vie courante

4 mars 2014

Les cheveux : un nouveau moyen de prédire le risque de développer des maladies cardiovasculaires?

Le stress chronique, qui est une sécrétion élevée d’hormones de stress, et ce, à long terme, peut entrainer des impacts négatifs sur la santé. Un de ces impacts est une augmentation du risque de développer des maladies cardiovasculaires.

Dans le cadre d’une étude effectuée en 2013 aux Pays-Bas, différents chercheurs ont étudié l’impact du stress chronique sur le développement de maladies cardiovasculaires. Pour ce faire, ils ont mesuré le cortisol, une hormone de stress, dans les segments de cheveux de 283 personnes âgées. Cette méthode est dite rétroactive, car elle renseigne sur les niveaux de cortisol sécrétés au cours des derniers mois. Pour ce qui est de la prévalence des maladies cardiovasculaires, elle était obtenue à l’aide de questionnaires remplis par les participants.

Tout d’abord, le niveau de cortisol mesuré dans les segments de cheveux était plus élevé chez les hommes. De plus, les résultats ont montré que les participants ayant des niveaux élevés de cortisol sur une période de trois mois avaient un risque accru de développer des maladies cardiovasculaires.

Suite à leur étude, les chercheurs ont aussi constaté que le haut niveau de cortisol mesuré dans les cheveux est un indicateur tout aussi prédictif que l’embonpoint, l’hypertension et le diabète de type II dans le développement de maladies cardiovasculaires.

Finalement il serait intéressant de vérifier si ces résultats, obtenus avec un groupe de personnes âgées, seraient généralisables à une population plus jeune. 


< Retour


Chaire sur la santé mentale Femmes/Hommes Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine – site web