All You Need
In One Single
Theme.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat
Cherchez ici :

Vos collègues et votre patron n’apprécient pas votre humour ? Dommage, car il pourrait vous être bien utile au travail. Un chercheur d’Istanbul a en effet récemment montré que votre type d’humour peut jouer un rôle sur votre probabilité de développer un épuisement professionnel au travail.

Le chercheur a divisé les styles d’humour en 2 catégories : l’humour fait pour valoriser la relation aux autres et celui fait pour se valoriser soi-même. Chaque style peut être bienveillant ou injurieux. Ainsi, vous pouvez avoir tendance à utiliser un humour qui favorise le bien être des gens que vous aimez (humour affiliatif) ou pour vous rabaisser dans le but d’être accepté par les autres (humour auto-destructeur). Vous pouvez également plaisanter pour vous donner du courage en dédramatisant une situation donnée (humour dédramatisant) ou pour vous faire bien voir en vous moquant de quelqu’un (humour agressif).

L’étude réalisée avec 116 travailleurs exerçant dans des milieux variés comme l’éducation, la finance, le commerce ou la santé a montré un lien entre humour dédramatisant et épuisement professionnel : les personnes qui utilisent ce style d’humour et vivent du stress deviennent moins émotionnellement épuisées que les autres. C’est le phénomène contraire qui se passe pour ceux qui ont un humour auto-destructeur. Les formes positives d’humour sont, en fait, associées à plusieurs atouts comme une approche plus constructive des difficultés de la vie ou une plus faible propension à faire preuve d’anxiété et de dépression. Nous avons tendance à toujours garder le même style d’humour, car il fait partie de notre personnalité. Cependant, rien n’est perdu si vous avez un style plus négatif, car connaître notre style d’humour et s’entraîner à l’humour bienveillant peut être une stratégie gagnante !

Désormais, tout le monde au travail va craquer sur votre humour !

 

L’étude originale est ici :  https://doi.org/10.5539/ibr.v10n4p131