All You Need
In One Single
Theme.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat
Cherchez ici :

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université Melbourne en Australie, les concentrations de cortisol (une importante hormone de stress) dans les cheveux seraient associées à l’exposition à un environnement adverse chez les enfants.

Afin d’en venir à cette conclusion, les chercheurs du Center for Adolescent Health ont mesuré le cortisol dans les cheveux ainsi que l’exposition à un environnement adverse (tel que la négligence, l’abus sexuel, vivre dans un foyer familial violent, etc.) chez 70 enfants d’âge scolaire dans la région de Victoria, en Australie. Leurs résultats démontrent une association entre le nombre d’évènements adverses auxquels l’enfant est exposé et le cortisol dans les cheveux : plus grand le nombre d’évènements adverses, plus grande est la concentration de cortisol dans les cheveux chez l’enfant.

Plusieurs études ont montré que l’exposition à un environnement adverse durant l’enfance est un important prédicteur du développement de troubles mentaux (telle que la dépression) et de troubles physiques (tels que les maladies cardiovasculaires et le diabète de type II) à l’âge adulte.  Cette découverte s’avère donc particulièrement intéressante puisque les auteurs stipulent qu’il serait éventuellement possible d’utiliser ce marqueur (le cortisol dans les cheveux) afin de détecter les enfants à risque de développer, à l’âge adulte, des pathologies chroniques liées à l’exposition à un environnement adverse durant l’enfance. Cette détection permettrait de fournir à ces enfants des traitements préventifs avant qu’ils ne soient aux prises avec de tels désordres.